Il y a un an, j’ai pris la décision de courir parce que des collègues et amis m’ont partagé leur expérience de Spartan Race. J’étais à la fois admiratif et envieux, car c’est certain que ça me donnait envie, mais je ne pensais pas forcément en être capable. À la base, c’est quand même une course de plus de 5km agrémentée d’obstacles divers, certains physiques, d’autres beaucoup moins, et pour ma part je ne courrais même pas et n’aimais pas ça.

Pour cet objectif, j’ai changé mon état d’esprit et, de manière très régulière, j’ai commencé un programme d’entraînement pour faire un 5km. Très rapidement, j’ai même pris goût à la course, en oubliant presque quel était mon objectif de départ.

Dimanche dernier, j’ai donc participé à Spartan Race édition Québec 2014. Mon objectif n’était pas de faire une performance car je l’ai fait en équipe, et c’était aussi important pour moi. La course en tant que tel n’était pas le plus gros défi car j’ai trouvé ma course de 10km il y a quelques semaines plus demandant au niveau course simplement.

Les obstacles quand à eux étaient loin d’être faciles. Les premiers étaient plus rigolos que physiques, passer quelques petits murs, ramper dans la boue… Ensuite il y a eu la corde! Je n’avais ni la technique, ni l’entraînement pour monter cette longue corde, mais ma volonté de me dépasser et de réussir était plus forte. J’étais presque au sommet, la petite cloche presque à porté de main, mais je n’avais plus aucune force… J’ai alors pensé à une règle que l’on répète souvent en course, le mental agit pour 80%, le physique 20%. Et puis, il y avait aussi ses 30 burpees à faire en cas d’échec. J’ai réussi à prendre une petite pause en me bloquant et j’ai pu toucher cette petite cloche tout en haut en signe de succès en employant toutes les forces que j’avais.

À partir de là, j’étais crinqué, je me disais que si j’avais réussi un des plus gros défi du parcours, que je pensais en tous cas, alors je pouvais tous les traverser avec succès.

Par la suite, devant les autres défis difficiles, il me suffisait de penser la la corde, et de me dire, tu l’as réussi, alors celui la aussi, tu peux le réussir !

De cette manière, j’ai traversé les deux épreuves des barres avec les bras, le mur d’escalade avec ses prises sans prises, les murs droits ou inversés.

Au final, j’ai réussi toutes les épreuve sauf le javelot qui m’a valu 30 burpees (tout une épreuve ça aussi), et j’ai eu un peu d’aide pour l’avant dernière épreuve très physique.

Le beau temps était au rendez vous, Petite Rivière St-Francois nous offrait aussi un cadre magnifique, mes coéquipiers étaient super. Bref, ce fut une journée extraordinaire. Du dépassement de soi, en passant par l’entraide et du plaisir, la journée à été riche en émotions et en effort tant physique que mental.

Toutes épreuves que l’on traverse avec succès nous rend plus fort et éloignent nos limites. Ceci est vrai dans la course ou dans Spartan, mais c’est aussi le cas dans la vie de tous les jours ou dans note business. Ce qui est encore plus fort, c’est que notre cerveau ne fait que peu de différences dans les différents domaines. Par mes lectures dans le domaine du développement personnel, et mon expérience personnelle, je suis maintenant pleinement conscient que d’avoir surmonter ses épreuves dans Spartan va m’aider dans ma business et l’inverse est tout aussi vrai.

Je ne peux donc que vous conseiller de trouver des moyens de vous dépasser, je ne dis pas d’être le meilleur ou de se comparer, mais dépasser vous constamment juste pour vous même, et l’impossible deviendra réalité !

Mon prochain défi, le GR20! Dans quelques jours je vais m’envoler pour la France pour 6 semaines de congés. Et le 6 juillet, je serais au départ du GR20, en Corse, pour un parcours et randonnée de 16 jours, 180km, 17 000m de dénivelé positif, 7h de marche quotidien moyen. Je vous raconterai ça a mon retour…

Merci et n’hésitez pas de partager cet article, d’aimer ma page Facebook et de me laisser vos commentaires ci-dessous.